Retour
Suivant

 

 


" Le vainqueur, je lui donnerai de s'asseoir avec moi sur mon trône,

tout comme moi j'ai été vainqueur et

me suis assis avec mon Père sur son trône. "

(Apocalypse 3 :21)

 

 

Celui qui, par la réalisation de l’Unité et du Semblable qui est exprimée dans cette Parole, vaincra ses pensées délétères, et par-là même, réalisera son vrai Moi, comprendra pourquoi le mot " trône " est une contraction du mot " trois " ou " triple " (tr-ône) et du mot anglais " one " qui signifie " Un " (3 x 1), car il se verra établi dans le Bonheur (1), le Savoir (1) et l’Amour (1).

Celui qui vaincra ses pensées délétères, celles qui lui interdisent de connaître Dieu, celles qui lui interdisent de considérer Dieu avec respect et intelligence et qui, par-là même, lui retirent la conscience de ce qu’il est, se verra établi dans le Bonheur (3), le Savoir (2) et l’Amour (1). Telle est l’Apocalypse (3 :21), le Don, le Présent éternel de " Celui qui vit pour les éternités d'éternités, qui a créé le ciel et ce qui s'y trouve, et la terre et ce qui s'y trouve, et la mer et ce qui s'y trouve ".

" Nous sommes la Lumière de l’Esprit mais nous ne le savons pas, nous ne le savons plus. Nous devons y renaître par cet amour total du semblable, du frère qui est Dieu en nous-mêmes. A partir de quoi, devenus inconscients par rapport à la terre (N), nous entrons dans la Toute-Conscience de notre plénitude. " (Mâ Sûryânanda Lakshmî R)

Mais qui est le véritable " vainqueur " ? Lorsqu’un homme a vaincu ses pensées délétères, il ne reste plus que son vrai " Moi ", que " la Toute-Conscience de notre plénitude ". Par conséquent, c’est Lui, Lui notre vrai Moi, Lui la Conscience de Ce que nous sommes, Lui " la Toute-Conscience de notre plénitude " qui triomphe pour le plus grand Bonheur qui puisse se concevoir. Il ne reste plus qu’à le réaliser.

..........

" Celui qui vit pour les éternités d'éternités, qui a créé le ciel et ce qui s'y trouve, et la terre et ce qui s'y trouve, et la mer et ce qui s'y trouve " (Apocalypse 10 :6)

Il ne reste plus qu’à réaliser le Don de Dieu, le Présent de " Celui qui vit pour les éternités d'éternités ", qui a créé le Tout, la Totalité. Et là, ne pensons pas seulement aux choses qui apparaissent, car le mot " totalité " signifie également :

" Réunion de tous les éléments d’un ensemble. " (dict.)

Nous noterons que la Totalité est parfaitement exprimée dans cette Parole de l’Apocalypse, que tous les éléments d’un ensemble sont réunis par la conjonction " et " qui sert à lier, à unir, à réunir. Un français littéraire ne ferait pas un tel usage de cette conjonction et exprimerait l’idée ainsi : " qui a créé le ciel, la terre, la mer et tout ce qui s'y trouve ". La Parole de Dieu n’est pas de la littérature. Tout est à sa place et rien n’est de trop. Elle est Dieu, et c’est pourquoi Elle donne la Conscience de Dieu.

Il ne reste plus qu’à réaliser le Don de Dieu, le Présent de " Celui qui vit pour les éternités d'éternités ", qui a créé le Tout, la Totalité, et qui réunit ici même, au travers de cette étude, tous les éléments d’un ensemble, afin que celui qui cherche à connaître Dieu, sache que Dieu est, et qu’il réalise, par Celui qui réunit, Son Unité et par-là même sa propre Plénitude.

Le mot " plénitude " désigne l’" État de ce qui est plein, complet ; totalité, intégrité. " (dict.)

Dieu est Celui qui réuni la Totalité pour que soit la Plénitude. Il nous appartient de Le réaliser " par Celui qui vit pour les éternités d'éternités ".

Certes, Dieu possède une existence propre, mais c’est seulement quand Il vit dans notre cœur et dans notre pensée, qu’Il réunit, assemble (à travers soi) tous les éléments d’un ensemble afin de manifester notre plénitude d’être. Afin qu’Il ressuscite ou qu’Il vive, afin qu’Il devienne une Réalité vivante, une Réalité capable de nous arracher à nos ténèbres, il nous appartient de cultiver le Souvenir permanent de Dieu en lisant de bons livres, par exemple.

" Vous seul, ô Dieu, vivez en moi " (Sainte Thérèse d’Avila N)

Si Dieu ne vit pas dans notre cœur et dans notre conscience, comment peut-Il Se révéler et manifester notre plénitude d’être ? Il nous appartient de cultiver le Souvenir permanent de Dieu en lisant de bons livres, par exemple, mais aussi et surtout en apprenant à Lui rendre la gloire qui Lui revient en toutes choses.

Nous pouvons nous représenter assez facilement l’éternité, mais certainement pas " les éternités d'éternités " car ces mots constituent un pléonasme qui représente la Plénitude absolue et le Bonheur absolu qui en découle. Donc, " par Celui qui vit pour les éternités d'éternités ", par Celui qui ne vit ou n’existe que pour manifester, au travers de Sa Parole et de Sa création, " la Toute-Conscience de notre plénitude ".


" Et telle est l’éternelle vie :
qu’ils te connaissent, toi, le seul véritable Dieu,

et celui que tu as envoyé, Jésus Christ. " (Jean 17 :3)
.

Il est un fait que ceux qui ne s’efforcent pas de connaître Dieu, de connaître l’unique, " le seul véritable Dieu ", ne créditent pas Sa Parole et se limitent à la vision d’un au-delà perdu quelque part on ne sait où dans ce vaste univers. Ceux-là n’entendent pas la Parole et remplacent toujours Ce qui est par ce qui n’est pas.

" Or, la vie éternelle, c'est qu'ils te connaissent, toi, le seul vrai Dieu, et celui que tu as envoyé, Jésus Christ. " (Jean 17 : 3 R)

La définition qu’Il nous donne de " l’éternelle vie " est parfaite. La Vision de l’Inde profonde est précieuse et, pour connaître le seul véritable, le seul vrai Dieu, " et celui que tu as envoyé, Jésus Christ ",

" J’aborderai d’abord la Vérité....

Le mot satya (vérité) vient de sat, qui signifie être. Dans la réalité, il n’est rien, il n’existe rien sauf la Vérité. C’est pourquoi Sat ou Vérité est peut être le nom le plus important de Dieu. En fait, dire que la Vérité est Dieu est plus juste que de dire Dieu est Vérité. Mais de même que nous ne saurions nous passer d’un souverain ou d’un général, les appellations de Dieu telles que Roi des rois ou Tout-Puissant, sont d’un usage courant et le resteront. Si pourtant on réfléchit un peu plus profondément, on se rendra compte que Sat ou Satya est, pour désigner Dieu, le seul nom qui soit exact, et qui est un sens complet.

Là où est la Vérité est aussi la connaissance qui est vraie. Là où il n’y a pas de Vérité, il ne saurait y avoir de connaissance vraie. C’est pourquoi on associe le nom de chit ou connaissance, à celui de Dieu. Et là où se trouve la connaissance vraie, il y a toujours de la joie (ânanda), il n’y a plus de place pour la douleur. De même que la Vérité est éternelle, la joie qui en dérive est éternelle aussi. C’est pourquoi nous connaissons Dieu sous le nom de Sat-Chit-Ananda, Celui qui réunit en Soi la Vérité, la Connaissance et la Joie. " (Gandhi P29 N)

De même qu’il n’y a qu’un seul univers qui contient en lui tous les autres, de même, il n’y a qu’un seul Dieu. Par conséquent, Dieu est obligatoirement et aussi Celui qui réunit (en Soi), la Vérité, la Connaissance et la Joie éternelles (Sat-Chit-Ananda),

" Et telle est l’éternelle vie : qu’ils te connaissent, toi, le seul véritable Dieu, et celui que tu as envoyé, Jésus Christ. " (Jean 17 : 3) !

Celui qui a " la Vérité " et " la Connaissance " et " la Joie " possède " le bonheur " et " le savoir " et " l’amour " de " Celui qui vit pour les éternités d'éternités ", de Celui ne qui vit ou n’existe que pour nous donner, au travers de Sa Parole et de Sa Création " la Toute-Conscience de notre plénitude ".

L’expression " le seul véritable Dieu " ne laisse pas de place pour un autre dieu. Si vous connaissez Dieu, vous connaissez obligatoirement le Seigneur dont la simple vue guérit tous les maux, et là " il n’y a plus de place pour la douleur ". Car ceux qui cherchent vraiment à connaître Dieu, jouiront assurément de l’intelligence qui vient du Seigneur qu’ils connaîtront alors comme leur propre Soi ou comme leur propre plénitude d’être.

Si vous connaissez le Seigneur, vous connaissez obligatoirement votre Soi. Et " Si vous connaissez le Soi, vous connaissez Dieu. " (Ramana Maharshi 88 )

Le mot " soi " vient " Du latin se en position accentuée ; sei " (dict.)

Ainsi, " Si vous connaissez le Sei, le Seigneur, vous connaissez Dieu. "

" Et telle est l’éternelle vie : qu’ils te connaissent, toi, le seul véritable Dieu, et celui que tu as envoyé, Jésus Christ. " (Jean 17 :3)

" Si vous connaissez le Soi, vous connaissez Dieu. En fait Dieu n’est rien d’autre que le Soi. " (Ramana Maharshi 88)

" Si vous connaissez " Ce qui est, vous connaissez Dieu. " En fait Dieu n’est rien d’autre que " Ce qui est, le Soi, le Réel, le Vrai, le Véritable. Et Cela qui est Réel, Vrai, Véritable est digne de confiance, crédible. Dieu ne nous demande pas de croire en des choses qui ne sont pas, mais de Le connaître, en réalisant Son Identité.

Si nous connaissons vraiment Dieu, Il nous donnera assurément la Conscience de Ce que nous sommes et nous saurons que notre Soi, lorsqu’Il émerge triomphant, est aussi notre Soigneur, " guérissant toute maladie et toute débilité " (Matthieu 4 :23). C’est la première conséquence, la première Réalisation du Seigneur. Lorsqu’un homme connaît vraiment son Moi, il connaît " Jésus " et il est éclairé, illuminé par Celui qui est " la lumière du monde N ", et là, il n’y a plus de place pour les pensées délétères, plus rien de bile, et par conséquent, plus de débilités en nous, oh délivrance !

Donc " plus de temps ", " ici et maintenant ", et " plus de délai ".