Avant propos

Il y a, dans ce qui suit, des bases indispensables et un état d'esprit combattif essentiel à une victoire spirituelle. La vie spirituelle est une lutte intérieure, un combat pour que le Divin retrouve en soi la place qui Lui revient et, parce que l'Unité est un fait, les éléments que nous allons découvrir ne nous révèleront Sa Présence bienheureuse que si notre attitude intérieure en est digne.

Dans la Réalisation spirituelle, tout est une question d’attitude et non de connaissances particulières. Lorsque l’attitude est bonne, la Connaissance de Dieu peut venir. C’est le point le plus important.

--------------------

 

Introduction aux chiffres

   

" Dieu dit : " Que les eaux de dessous le ciel
s'amassent en un seul "
 " (Genèse 1:9)

 

  Par définition, la connaissance de Soi se situe au-delà des religions car la structure de l’homme est partout la même et, peu à peu, nous découvrirons que la connaissance de Soi est intimement liée à celle de Dieu. Cette étude accordera donc une place importante aux Écritures, à l’enseignement des Saints et des Sages mais aussi aux chiffres qui seront introduits progressivement. Les chiffres qui existent dans toutes les Écritures sont des armes puissantes qui nous aideront à pénétrer profondément en elles et par conséquent dans la connaissance de Soi. Dieu est Un et parce qu’Il est Un, il est possible de Le connaître en réalisant Son Unité. Connaître Dieu, c’est se connaître dans notre véritable dimension qui n’est pas seulement humaine mais aussi et surtout Divine. N’est-ce pas la réalisation du Divin qui constitue la base et le but d’une vie spirituelle, la base et le but d’une vie vécue en Dieu ?

Apprendre à considérer le Divin et Son Unité est essentiel. Si l’Unité de Dieu est admise ou du moins semble admise, par contre il est toujours heureux de la rechercher et de l’observer. Pour cela les chiffres sont de précieux alliés. Nous savons tous que le chiffre 1 désigne l’Unité, le chiffre 7 est celui de Dieu. Comme chacun pourra le voir, le 7ème jour du Livre de la Genèse est vraiment le Jour de Dieu, le Jour de la pleine Réalisation de Dieu, à laquelle tout homme doit s'efforcer de parvenir, s'il ne veut pas gâcher l'occasion unique qu'il lui a été donné de se connaître véritablement. Et tel est aussi le sens de la première Parole de l'enseignement de shrî Râmakrishna :

 

 

"II est né en vain, celui qui, ayant le rare privilège d'être né homme,

est incapable de « réaliser » Dieu dans cette vie."

 

 

Le chiffre 1 désigne l’Unité, le chiffre 7 est celui de Dieu et le chiffre 8, l'Octuple, peut être considéré comme Ce qui en résulte, le Seigneur que « Jésus » représente d'une façon évidente dans les Evangiles. Nous élargirons bien vite cette vision de l’Octuple mais en acceptant déjà ces valeurs, nous pouvons observer que « Jésus » qui avait cessé d’être, réapparaît dans l’Évangile selon saint Matthieu au chapitre 28.

Ce chapitre commence ainsi : « Après le sabbat, comme le premier jour de la semaine commençait à luire… ». « Jésus », la Révélation de Dieu, reprend vie le 1er jour de la semaine, après « le sabbat » qui est le 7ème jour, le jour de Dieu : (7+1) = 8, l’Octuple.

Après le Sabbat, après la Réalisation de Dieu qui est mise en avant et développée dans l'enseignement de shrî Ramakrishna, « Jésus » apparaît et voici la Clarté originelle, l’Unité révélée, "le premier jour de la semaine" (7+1 = 8).

« Jésus » est à la fois la Révélation du Premier Jour et Ce que le Premier Jour révèle.

   

« Des voies l'octuple est la meilleure… C'est la seule voie, il n'y en a pas d'autre pour purifier vos vues : empruntez-la donc » (Bouddha, Stances de la Loi 273 et 274)

 

Qui rend la vue aux aveugles ? Qui purifie notre vue en ce moment ? « C'est la seule voie », c’est l’unique voie, c’est la voie de l’Unité !

   

« Il est l’indivisible et Il est l’Un, mais semble Se diviser en formes et en créatures, et apparaît comme chacune des existences distinctes. Toutes choses éternellement naissent de Lui, sont maintenues en Son éternité, éternellement reprises en Son Unité. » (Krishna, Bhagavad-Gîtâ 13 :17)

« Il est la lumière de toutes les lumières, et lumineux par-delà les ténèbres profondes de notre ignorance. Il est la connaissance et l'objet de la connaissance. Il siège dans le cœur de tous. » (Krishna, Bhagavad-Gîtâ 13 :18)

« Jésus dit : « Je suis la lumière, celle qui est sur eux tous. Je suis le Tout, et le Tout est sorti de moi et le Tout est revenu à moi. » (Évangile de Thomas 81)

« Moi, je suis la lumière du monde ; celui qui me suit ne marchera pas dans les ténèbres, mais il aura la lumière de la vie. »

« Moi, je suis le Chemin, et la Vérité, et la Vie ! » (Jean 8 :12 & 14 :6)

 

Il est lui-même « la seule voie », « le Chemin ».

Il est Lui-même « le Chemin » et « la lumière » de la Réalisation spirituelle :

« Il est la lumière » 18|81 « Je suis la lumière ».

Car Il est et Il devient (en soi) Ce que nous sommes capables de voir en Lui.

Il est "la lumière" qui éclaire Ce qui est obscur et ténébreux.

   

« Ténébreux est ce monde, faible le nombre de ceux qui y voient distinctement : il y en a aussi peu à gagner le ciel que d'oiseaux à se libérer des filets. » (Stances de la Loi 174)

..........

 

Dieu est Un depuis le commencement et à jamais et en Dieu, le temps et l’espace n’existent pas ou encore s’effacent dans la plénitude d’Être :

   

« Père, tu m’as aimé avant la fondation du monde. » (Jean 17 :24)

 

Les Écritures sont à l’image de Dieu, c’est-à-dire intemporelles. Elles ne décrivent pas des événements historiques mais la Vie de l’Esprit que le monde renie toujours et encore. Lorsque nous disons : « Les Paroles de Jésus, les Paroles de Bouddha, de Krishna, de Mahomet, de Yahvé… » ce n'est vrai qu'en apparence et non en réalité car Dieu est Un ! Ce sont les Paroles de Dieu, ce sont les Paroles du Seigneur qui S’exprime en différents lieux et époques pour Se faire connaître et pour Se faire aimer, c’est-à-dire pour nous donner la Vie. Nous ne placerons donc pas de différences entre eux car ils sont Un, bien que chaque Nom possède ses propres particularités qui nous instruisent de l’Unique Réalité.

Et là encore, au lieu de limiter que Ce que "Jésus" réprésente et nous donne à connaître, à un individu du passé, mort et enterré,

    "Réjouissons-nous plutôt en songeant que nous avons un Dieu et un Maître si grand, qu'une seule de ses paroles renferme certainement mille mystères, dont nous n'entendons pas le premier mot. » (Sainte Thérèse d’Avila R)

Et souvenons-nous que " les véritables instructeurs religieux de tous les pays et de toutes les époques sont comme autant de lampes par lesquelles se révèle la vie de l'Esprit qui s'écoule constamment d'une source unique, le Seigneur tout-puissant. " Souvenons-nous aussi que "les vérités éternelles et les saints enseignements qui sortent de la bouche des hommes pieux ne sont pas énoncés par ces sages eux-mêmes, mais descendent en réalité de Dieu. " (Shrî Râmakrishna 270-271)

 

Sans cette réjouissance et sans cette considération, Sa Béatitude qui est Bonheur et Connaissance de Soi indivisiblement ne peut pas S’écouler à travers soi. Si nous voulons vivre de Dieu, il est nécessaire d’apprendre à Le considérer au travers de toutes Ses Révélations. Ceux qui prennent Son parti se réjouissent d’avoir « un Dieu et un Maître si grand » et ainsi Il Se définit :

   

« Moi, je suis l’Alpha et l’Oméga, dit le Seigneur Dieu, Celui-qui-est, et Celui-qui-était, et Celui-qui-vient, le Tout-Puissant. » (Apocalypse 1 :8)

 

C'est ainsi que « le Seigneur Dieu » Se définit Lui-même, juste avant de Se révéler au travers de Jean, dans le verset suivant (N). Les Écritures sont admirablement structurées, et nous observerons également que ce n’est pas sur n’importe quel verset que le Seigneur fait cette déclaration immense.

    « Des voies l'octuple est la meilleure… C'est la seule voie, il n'y en a pas d'autre pour purifier vos vues : empruntez-la donc » (Stances de la Loi 273 et 274)

  L’aspect le plus élevé, le plus vaste du Seigneur Dieu est totalement impersonnel : « Celui » ou encore « Ce Lui ». Le « Moi » unique Se révèle comme un Impersonnel et cet aspect demeure même lorsqu’Il Se revêt d’un Nom ou d’une forme.

Si « le Seigneur Dieu » était une personne au sens ordinaire, Il ne pourrait pas être « l’Un » et ces Paroles n’auraient aucun sens :

  « Il est la lumière de toutes les lumières, et lumineux par-delà les ténèbres profondes de notre ignorance. Il est la connaissance et l'objet de la connaissance. Il siège dans le cœur de tous. » (Bhagavad-Gîtâ 13 :18)

 

L’Octuple est le "Moi" universel, l'Octuple est « le Seigneur Dieu » dans Son universalité. C'est pourquoi le Seigneur peut être considéré et adoré sous n’importe quel Nom.

   

« Ce n’est pas pour ceux-là seulement que je prie, mais aussi pour ceux qui, par leur parole, croient en moi, afin que tous soient un. » (Jean 17 :20)

 

L’Impersonnalité demeure, même lorsqu’Il Se revêt d’un Nom. Le Seigneur n’est pas limité à la personne humaine de Jésus Christ et Il le confirme Lui-même :

    « Jésus leur dit : « En vérité, en vérité je vous le dis : Avant qu'Abraham parût, Moi Je Suis. » (Jean 8 :58)
 

Ce Texte de l’ancienne Égypte le confirme également :

   

« Le Huit fut ta manifestation première, jusqu'à ce que tu aies parfait ton Nombre, étant Un. » (Hymne à Amon de Leyde R)

 

Jésus qui a parfait son nombre n’a qu’une Parole : « qu’ils soient un comme nous sommes un » (Jean 17 :22)

A quoi sert-il de dire que Dieu est Un si nous sommes incapables de le reconnaître ? « Tu crois, toi, qu’il n’y a qu’un Dieu. Tu fais bien. Les démons aussi le croient et… ils frémissent. » (Épître de Jacques 2 :19). Et lorsque les démons frémissent, les pensée du monde se font entendre et prédominent, elles engendrent la sottise qui engendre le sectarisme qui engendre encore à son tour la haine et elles détruisent la Révélation de Dieu au nom de l’Unité, quand ce n’est pas au Nom de Dieu lui-même. Doutons des hommes et de notre cheminement autant que nous voulons mais ne doutons jamais de Dieu !

Mahomet, le Prophète, ne se situe pas davantage en dehors de l’Unité :

 

« Ils n’ont point cru à Jésus ; ils ont inventé contre Marie un mensonge atroce. » (Coran 4:155)

 

Ils n'ont même pas cherché à connaître Ce que Marie représente en eux-mêmes. Sans le Prophète, aucune révélation n’est possible et en conséquence l’homme demeure à jamais prisonnier de ses illusions, de son mensonge, de sa pensée étroite. Le Prophète est celui qui parle au nom de Dieu. Sans Lui, aucune Écriture Sacrée ne pourrait être conçue…

Ni Bouddha, ni Krishna, ni Jésus, ni Mahomet, ni… ne sont des personnages séparés de l’Unité qui n’a ni commencement ni fin ! Loin de s’opposer les unes aux autres les Écritures ont beaucoup à nous apprendre.

La nature de Dieu est triple et quadruple (3+4) = 7. Sous son aspect quadruple, le Seigneur nous apprend au travers du dictionnaire (R) que le tétragramme désigne

    l’« Ensemble des quatre lettres hébraïques yod (Y), hé (H), vaw (V), hé (H), qui représentent le Nom de Dieu dans la Bible. »
 

Si l’on considère les grandes Révélations du monde, elles sont à l’image de son Nom : Bouddha, Mahomet, Krishna, Jésus. Si nous séparons volontairement ces quatre grandes Révélations, l’Unité de Dieu est rompue. Cette rupture fait le bonheur de tous les petits démons qui trouvent en cela une bonne raison pour se gonfler d’orgueil : « Moi je vous dis que c’est le Y qui est la vérité, non moi je vous affirme que c’est le H, la preuve ! » Et chacun de ces petits démons se saisissant d’une lettre comme d’un unique gourdin s’en sert pour mépriser tous ceux qui osent venir chagriner leur belle conception de l’unité. Dès qu’ils ont l’occasion de se montrer mauvais, ils s’en donnent à cœur joie. Il suffit de regarder l’histoire du monde pour le constater ! Nul doute qu’ils vivent dans la géhenne, dans la haine de l’Unique Réalité et non dans l’Amour du Seigneur, et c’est pourquoi, ils ne peuvent jouir de la Vie éternelle. Ce sont les œuvres qui rendent témoignage à la Vérité, et non les croyances.

   

« Oh ! si les hommes des Écritures avaient la foi et la crainte du Seigneur, nous effacerions leurs péchés, nous les introduirions dans les jardins de délices. S’ils observaient le Pentateuque et l’Évangile, et les livres que le Seigneur leur a envoyés, ils jouiraient de biens qui se trouvent sous leurs pas et au-dessus de leurs têtes. Il en est parmi eux qui agissent avec droiture ; mais le plus grand nombre, oh ! que leurs actions sont détestables. » (Coran 5 :70)

 

« Oh ! si les hommes des Écritures avaient la foi et la crainte », acceptaient de prendre ces deux armes que « le Seigneur Dieu » donne à ceux qui acceptent de Le considérer tel qu’Il Est, « nous les introduirions dans les jardins de délices » afin qu’ils puissent connaître l’Amour du Seigneur, l’Amour de l’Unique Réalité.

   

"Si seulement les hommes entrevoyaient les jouissances infinies, les forces parfaites, les horizons lumineux de connaissance spontanée, les calmes étendues de notre être qui nous attendent sur les pistes que notre évolution animale n’a pas encore conquises, ils quitteraient tout et n’auraient de cesse qu’ils n’aient gagné ces trésors. Mais le chemin est étroit, les portes sont difficiles à forcer, et la peur, le doute, le scepticisme sont là, sentinelles de la Nature pour nous interdire de détourner nos pas des pâtures ordinaires." (Shrî Aurobindo P&A 5)

"Si seulement les hommes", les pouvoirs de l'intelligence...

"Malheureusement, l’intellect de l’homme ne prend pas facilement ce chemin. Il est rare qu’un homme devienne introverti. L’intellect se délecte à se plonger dans le passé et à spéculer sur l’avenir. Rarement, il prend le temps de considérer le présent." (Ramana Maharshi 573)

 

Comment pourraient-ils être introduits, comment pourrait-on devenir réellement introverti, s'ils ne se détournent pas de leur "pâtures ordinaires" pour observer dans « le Pentateuque et l’Évangile, et les livres que le Seigneur leur a envoyés », l'Unité (1) de Dieu (7), l'Unité de toute la Création.

L’Octuple n’est, au fond, rien d’autre que la Révélation de l’Unité de Dieu qu’il nous appartient de (re)connaître. Dans les Evangiles, cette Révélation porte un très joli Nom mais gardons-nous bien de tout sectarisme et de toute bigoterie car pour que la victoire soit possible, c’est l’Unité de Dieu qui doit être réalisée et non la nôtre :

   

« Et telle est l’éternelle vie : qu’ils te connaissent, toi, le seul véritable Dieu, et celui que tu as envoyé, Jésus Christ. » (Jean 17:3)

 

« Et ... celui que tu as envoyé, Jésus Christ » pour nous Le livrer !

« Jésus Christ », Son Unité qu’Il nous livre,

   

« Voici le livre sur lequel il n’y a point de doute ; c’est la direction de ceux qui craignent le Seigneur » (Coran 2 :1)

 

Il n'y a point de doute dans les deux Noms « Jésus Christ » qu'Il nous donne à connaître et qui n'en forment qu'Un. Il n'y a point de doute dans la Révélation de Son Unité, car

   

« L'homme est le Livre » (Jorjâni R)

 

« L'homme est [effectivement] le Livre » que Dieu nous donne à connaître et que « Pilate » interroge. Et « Pilate » qui représente (en Soi) une intelligence supérieure, une intelligence qui a autorité, n'aura aucun doute au sujet de cet « homme » qui lui a été « livré ».

   

« Pilate dit aux grands prêtres et aux foules : « Je ne trouve aucun motif en cet homme. » (Luc 23:4)

 

« Jésus » est la Révélation que Dieu nous livre, et il n'y a « point de doute » en Lui, il n'y a que la certitude de la Vérité. Et en Lui, on ne trouve pas davantage de « motif », de raisons particulières pour connaître et pour aimer Ce que Dieu nous révèle. Tout est vrai et tout est pur en Lui. Celui qui se tourne vers Dieu pour une raison particulière ne fera que s'en éloigner. S'engager dans une recherche spirituelle pour obtenir des choses particulières n'est pas digne de Sa Révélation, n'est pas adapté à Ce qu'Il nous donne.

La crainte du Seigneur n’enchaîne jamais, elle nous délivre de tout ce que nous croyons savoir et être, de tout ce qui nous réduit à rien. Pour être vainqueur, il est évident que le sectarisme doit également être rejeté sans pitié car le sectarisme est un mensonge, un refus de reconnaître la Toute-Puissance de Dieu, une volonté de diviser et non pas d’unir. Le sectarisme génère le véritable polythéisme, celui qui est profondément détestable lorsqu’il proclame : « Moi, j’ai le vrai Dieu et toi, tu as le mauvais ». Dieu est Un ! Comment peut-on oser s’imaginer qu’il y en ait un autre qui soit mauvais ou même plusieurs ? Au fond, tous ces petits " démons " qui sont attachés au monde des apparences et à leurs traditions sont parfaits tels qu’ils sont et n’existeraient pas sans Sa Volonté, mais si nous souhaitons parvenir à la victoire, il nous appartient de faire tout ce qui est en notre pouvoir pour ne pas leur ressembler. Laissons-les être ce qu’ils veulent être car ils participent également à la victoire en ouvrant les yeux de tous ceux qui veulent voir !

C'est en nous que nous percevons toutes choses et nulle part ailleurs dans le temps et dans l'espace. C'est donc en nous et dans la discrétion qu'il convient de lutter contre les pensées du monde. Si nous les laissons s'installer, comment pourrons-nous connaître Ce que Dieu nous livre ? C'est Jésus qui chasse les démons, les pensées du monde, ainsi que cela peut être observé en soi à travers les Evangiles.

   

« La mystique ce n’est pas autre chose que ceci : « Moi et le Père nous sommes un. » Jésus dit : « Moi, et le Père nous sommes un. (NN» Tout homme doit s’efforcer de monter sur le Chemin de l’Illumination intérieure au bout duquel un jour lui aussi pourra dire : « Moi, et le Père nous sommes un. » Et alors Il connaîtra que tous les hommes sont en Lui, que l’univers est en Lui, que l’univers et Dieu sont indissolublement Un, selon l’alliance que l’Éternel a établi avec Son peuple dès le commencement et à jamais. » (Mâ Sûryânanda Lakshmî)

 

La mystique étant liée au mystère de Dieu, le Seigneur conduira tous ceux qui s’engagent sérieusement sur le Chemin de la connaissance de Soi à la Révélation du mystère de Dieu.

Du Livre de l’Apocalypse, ceci :

   

« Et l’ange que j'avais vu debout sur la mer et sur la terre leva sa main droite vers le ciel et jura par Celui qui vit pour les éternités d'éternités, qui a créé le ciel et ce qui s'y trouve, et la terre et ce qui s'y trouve, et la mer et ce qui s'y trouve, qu'il n'y aurait plus de délai, mais qu'aux jours où se ferait entendre le septième ange, lorsqu'il viendrait à sonner de la trompette, alors s'achèverait le mystère de Dieu, comme il en a fait l'annonce à ses esclaves les prophètes. » (Apocalypse 10:5)

 

Certaines Bibles traduisent le mot « délai » par le mot « temps », ce qui donne ceci : « Et l’ange… jura… qu'il n'y aurait plus de temps ». L'objectif est haut mais Dieu tient toujours Ses promesses. Cette étude ne s'encombrera donc pas des notions de temps et d'espace car les Écritures sacrées jouent avec l'espace et le temps. Et nous verrons à quel point le temps est une illusion. A partir de maintenant effectivement, il n’y aura « plus de délai », il n’y aura plus que « ici et maintenant ». Si on attribue parfois cette formule au Seigneur Bouddha, c’est parce qu’elle est à Son Image : intemporelle, impersonnelle et universelle.

   

« Moi, je suis l’Alpha et l’Oméga, dit le Seigneur Dieu, Celui-qui-est, et Celui-qui-était, et Celui-qui-vient, le Tout-Puissant. » (Apocalypse 1 :8)

 

Le Seigneur Dieu est « Celui-qui-est » à jamais Le même, est « Celui-qui-était » l’Un parfait parce qu’Il est « Celui-qui-vient », Celui qui entre dans le Jeu de Sa propre Création.

   

« Au commencement était le Verbe, et le Verbe était auprès de Dieu, et le Verbe était Dieu. » (Jean 1 :1)

 

« Au commencement » est l’Un parfait. « Au commencement », l’usage de l’imparfait est parfaitement justifié par Celui qui entre dans le Jeu de Sa propre Création ! Désormais, il n’y aura plus que « ici et maintenant ».

 


avance retour